featured Post | article en vedette

Expositions : « Couples » et « Arbres » à la Galerie AOE

CowanKritz_Accolade

Couples

Lorsqu’elle crée ses livres uniques faits à la main, l’artiste du livre Mary Kritz suit un processus qui passe par le découpage, l’expérimentation, le pliage, le marbrage, l’assemblage et le piquage. Véritable bibliophile dans l’âme, Mary Kritz conçoit des œuvres où s’entremêlent la littérature, les arts visuels et l’artisanat. Dans le cadre de son exposition intitulée Couples présentée jusqu’au 19 novembre à la Galerie AOE en collaboration avec Desjardins, elle propose une collection de mini-albums accordéon, de livres d’histoires et d’ouvrages non traditionnels fabriqués à la main, qui s’inspirent tous de la thématique du couple, dans toutes ses variantes.

Delicious Diva & Confirmed Bachelor, 2013, Book arts, 9.5x12.5x23”

Delicious Diva & Confirmed Bachelor, 2013, Reliure, 9,5 po x 12,5 po x 23 po

Mary explique que cette exposition visait d’abord à « analyser la définition du couple en y ajoutant une touche d’humour ». Elle a eu l’idée de ce thème en discutant avec un étudiant qui lui parlait d’un « célibataire endurci ». Mary Kritz a voulu savoir à quoi rimait cette expression et d’où elle venait au juste, si bien que cet échange a finalement donné lieu au premier « couple » de la collection, un mini-album accordéon double format intitulé Delicious Diva & Confirmed Bachelor, accompagné de deux poèmes, soit Phenomenal Woman de Maya Angelou (pour la diva) et To Lou Andreas Salome de Rainer Maria Rilke (pour le célibataire).

À mesure que la collection progressait, Mary Kritz a commencé à s’inspirer des histoires d’enfants et des contes de fées. Sans délaisser la thématique du couple, elle a plutôt cherché à en faire le fil conducteur en constatant qu’elle s’applique à presque tous les sujets. Comme elle le dit elle-même : « J’ai voulu voir au-delà de ma propre conception du couple, et de la définition contemporaine et traditionnelle de ce que représente un couple. » Dans le cadre de cette exposition, les visiteurs se trouveront face à un vaste éventail de couples issus de la littérature populaire, comme dans les œuvres The Witch and Her Cat, Peter Rabbit and Mr. McGregor, de même que Venus Fly Trap and The Fly.

Mary Kritz a toujours beaucoup aimé les livres. Alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, elle appréciait déjà leur texture, la diversité des matériaux, et les histoires qui s’y déroulaient… À mesure qu’elle consolidait ses compétences artistiques, elle a cherché à mieux connaître chacun des aspects de la confection d’un livre, qu’il s’agisse du coupage, du pliage, du marbrage ou de la reliure, éprouvant une grande satisfaction devant le produit final. Bien entendu, qui dit « livre » dit aussi papier et reliure, mais l’artiste se sert aussi de matériaux divers et parfois inusités. Elle utilise des textiles (comme le cuir) ainsi que des objets récupérés ici et là, comme des nids d’oiseau, des coquillages et des morceaux de bois. Elle parvient ainsi à concevoir des éléments surprenants et à les intégrer à ses livres pour en faire des œuvres uniques.

À l’occasion de l’exposition Couples, Mary Kritz invite les visiteurs à laisser libre cours à leur curiosité en passant « d’une histoire à l’autre », et à lire les poèmes, les paroles et les textes qui accompagnent ses livres. Regroupant les qualités sculpturales d’œuvres tridimensionnelles et les caractéristiques texturales du livre, les œuvres de cette exposition remettent en question les attentes du public à l’égard du livre lui-même. Mary Kritz travaille comme artiste du livre, et elle enseigne aussi cette technique, à Ottawa. Au sein de la collectivité, elle a formé des étudiants aux techniques des arts du livre, de la reliure et de la confection de boîtes. Elle souhaite que les visiteurs qui se rendront à la Galerie AOE en repartent ensuite avec « une certaine ouverture d’esprit quant à la nature même du livre et aux possibilités à cet égard, en ayant compris qu’un livre conçu par un artiste est à la fois une œuvre et un objet utile, et en ayant pleinement mûri et apprécié ma propre conception de ce que sont les livres ».

Arbres

En s’intéressant à la nature qui l’entoure, l’artiste de Kingston Rebecca Cowan met l’accent sur la beauté, la force et le style des arbres, dans le cadre de l’exposition Arbres qui se déroule à la Galerie AOE jusqu’au 19 novembre. Dans cette exposition consacrée aux arts de l’imprimerie, Rebecca Cowan fait le récit des transformations saisonnières que vivent les arbres, et dresse un parallèle avec la succession des saisons dans nos propres vies. Elle affirme que cette collection lui a permis, pour la première fois de constater « la force des paysages », et elle souhaite que les visiteurs aient accès à cette force brute.

February Forest, 2014 Monoprint, 15x22”

February Forest, 2014, Monotype, 15 po x 22 po

Au terme d’une année de préparatifs, cette exposition constitue une première expérience pour Rebecca Cowan dans l’interprétation des paysages, alors qu’elle s’intéressait auparavant surtout au portrait et à la figuration. Inspirée en plein hiver par les espèces d’arbres qui poussent autour de chez elle, elle dit avoir compris la force métaphorique qui réside dans ces êtres majestueux. Cette collection a donc pris son envol avec des tirages représentant des arbres d’hiver, et s’est ensuite élargie au fil des saisons successives. Ainsi, le printemps, l’été et l’automne ayant tour à tour pris le relais de l’hiver, Rebecca Cowan s’est littéralement « passionnée pour ce travail », imprimant parfois jusqu’à 1 200 feuilles d’arbres par tirage pour représenter des scènes luxuriantes d’arbres en pleine floraison, et dépeignant ensuite les subtils changements à mesure que les feuilles se mettaient à tomber. En étudiant ainsi les arbres et leur cycle naturel, elle en est venue à établir des parallèles entre les arbres et les humains, notamment en ce qui concerne les changements de la physionomie au fil du temps, et la résilience des gens selon les circonstances. À travers son visuel narratif, l’artiste expose aussi la relation conflictuelle entre la sécurité et les frontières. À cet égard, elle rappelle que « celui qui se trouve sous l’arbre est en sécurité, mais peut aussi se sentir cerné par une forêt entière ». Tout au long de cette exposition bien feuillue, Rebecca Cowan joue sur cette dichotomie de la sécurité et du sentiment de confinement. La trame narrative est un élément important de l’œuvre de cette artiste, dont l’exposition Arbres suit une thématique en parallèle avec la condition humaine.

En commençant avec la gravure à la pointe sèche à l’école des arts, Rebecca Cowan a presque toujours pratiqué les techniques de gravure d’art, qu’elle apprécie particulièrement parce qu’on y combine la technique et les outils. Elle aime encore et toujours le caractère imprévisible de cette forme d’art, et se passionne devant l’image qui se révèle comme par magie. « Les arts de l’imprimerie ne cessent de surprendre », confie-t-elle. À ses yeux, les propriétés tactiles auxquelles fait appel cette technique ainsi que l’exécution fondée sur le processus et la surprise au final en font une forme d’art attirante, et elle continue de perfectionner ses compétences dans ce domaine. L’artiste affirme que son studio à la maison est une partie très importante de sa vie au quotidien, et elle s’inspire de ce qui l’entoure pour créer ses œuvres.

Installée à Kingston en Ontario, Rebecca Cowan travaille comme artiste et enseignante en arts. Elle a participé à diverses expositions au Canada, aux États-Unis, en Corée du Sud, en Inde et en Australie. Certaines de ses œuvres font partie de collections publiques ou privées un peu partout au Canada. Elle manifeste un intérêt particulier pour les styles expressifs, et considère que la réaction suscitée chez l’auditoire est un élément vital. Dans le cadre de cette exposition présentée à la Galerie AOE en collaboration avec Desjardins, Rebecca Cowan souhaite susciter une telle réaction auprès du public, pour permettre à chacun de ressentir la beauté, la force et la puissance de ces arbres qui ont marqué ou qui marquent encore leur vie.

Thanks for sharing / Merci d’avoir partagé!

About The Author / À propos de l’auteur


Annie Taylor

Annie has been involved with AOE Arts Council as a Programs Assistant and now as a the youth representative on the Board of Directors. She has developed a passion for connecting and contributing to the arts community . Her involvement with the AOE Gallery has given her the opportunity to connect with artists directly, and glean their interesting inspirations, influences, and intentions that she shares as a contributor to Accolade. Currently studying Fine Arts at the University of Ottawa, Annie is a practicing photo-based artist with an interest in analog processes. As an artist, she approaches each project knowledgeably, with creativity, and an openness to the variety of what the Ottawa arts scene has to offer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *