Art Place

Place d’art : Naomi Tessler

Print

Le théâtre comme outil de changement social

Depuis déjà deux mois, l’artiste de théâtre-forum Naomi Tessler dirige une série d’ateliers de théâtre avec un groupe de femmes sous les auspices des Services pour femmes immigrantes d’Ottawa (IWSO). Ensemble, elles ont mis sur pied une pièce de théâtre d’intervention sociale (théâtre-forum) où sont représentés les scénarios les moins enviables illustrant certaines problématiques auxquelles sont confrontées ces femmes. Cette pièce, intitulé New Contry New Conflicts, est conçue de sorte que le public est invité à monter sur scène et à prendre part au déroulement de la pièce pour donner lieu à de multiples scénarios de conflits à résoudre. En fait, il s’agit d’une pièce visant à élargir le dialogue communautaire au sujet des défis auxquels font face les immigrantes.

Nous avons posé quelques questions à Naomi Tessler pour comprendre un peu mieux son projet.

1.       Parlez-nous un peu de votre discipline artistique.

Je pratique surtout le théâtre, et je m’en sers particulièrement comme outil pour favoriser le changement social. Je m’inspire beaucoup des œuvres d’Augusto Boal, notamment du volet de son travail connu sous le vocable du « théâtre de l’opprimé », d’où le théâtre-forum tire justement son origine.

Dans le cadre du projet « Place d’art », j’ai eu la chance de partager mes compétences dans le domaine de l’improvisation, du récit ainsi qu’en théâtre « playback ». J’ai eu recours au théâtre-image et au théâtre-forum pour encadrer un groupe de cinq femmes dans la création d’une pièce où l’on met en scène leur réalité en tant que femmes immigrantes.

Rehearsal for New Country New Conflicts, a Forum Theatre play directed by Naomi Tessler and performed by clients of Immigrant Women Services Ottawa | En répétition pour la pièce New Country New Conflicts, mise en scène de Naomi Tessler et interprétée par les clientes du  Service pour femmes immigrantes d'Ottawa

2.       En quoi consiste le processus au juste?

Le processus commence d’abord en établissant un lien de confiance, un sens communautaire, une certaine ouverture, et en partageant nos récits et nos expériences personnelles. Grâce à divers jeux et à différentes techniques, les participants sont ensuite invités à raconter leur réalité et à écouter ce que les autres ont à dire. À partir de là, nous déterminons les enjeux qui sont importants collectivement et dont on souhaiterait traiter au sujet des femmes immigrantes. Nous nous penchons alors sur les avenues possibles pour résoudre ou tenter de résoudre certains de ces conflits qui sont les leurs. Une fois les enjeux définis, nous collaborons pour imaginer des scènes et des personnages. C’est à ce moment que je repars de mon côté pour esquisser un synopsis, rédiger une ébauche, et je présente cela au groupe. À partir des commentaires sur ce qui fonctionne ou non, j’ajoute ou je supprime des éléments jusqu’à ce que tout le monde soit satisfait du scénario collectif.

À cette étape-là, nous commençons les répétitions et je prépare les membres du groupe à l’improvisation pour qu’elles soient tout à fait prêtes à jouer la pièce en théâtre-forum. Nous donnons chaque fois deux représentations, la première telle quelle, et la seconde où le public est invité à jouer le rôle de « spect-acteur », c’est-à-dire que l’auditoire passif devient tout à coup actif en entrant dans le jeu pour trouver sur scène un moyen de résoudre certains des conflits qui lui sont présentés. Les acteurs sont formés pour improviser et faire face aux enjeux que les « spec-acteurs » amènent.

Rehearsal for New Country New Conflicts, a Forum Theatre play directed by Naomi Tessler and performed by clients of Immigrant Women Services Ottawa | En répétition pour la pièce New Country New Conflicts, mise en scène de Naomi Tessler et interprétée par les clientes du  Service pour femmes immigrantes d'Ottawa

 3.       Pourquoi avez-vous décidé de travailler avec des femmes immigrantes?

En tant que femme, je suis très enthousiaste à l’idée de travailler avec d’autres femmes pour les soutenir et les aider à se faire entendre, à raconter leur histoire, à consolider leur collectivité, à resserrer leurs liens, et à se battre pour défendre les droits des femmes. Nous avons parcouru beaucoup de chemin comme femmes, mais il reste encore beaucoup de travail à faire et je constate que les femmes de différents pays ne vivent pas toutes la même réalité en ce qui concerne leurs droits. Je me rends compte aussi que j’apprécie beaucoup le travail en contexte d’entraide et d’autodétermination, et je suis heureuse de pouvoir les aider à grandir, à s’exprimer et à trouver des bases communes.

4.       Quels avantages figurent parmi les plus bénéfiques relativement à ce projet?

Ce fut une expérience vraiment positive pour les participantes, puisqu’elles ont appris à se connaître en se racontant, tout en bénéficiant d’un espace ouvert et sûr pour échanger en toute franchise. Lorsque ces femmes ont abordé leur vécu difficile, il y a eu beaucoup de larmes. J’ai constaté beaucoup de camaraderie.

Par ailleurs, plusieurs des femmes de ce groupe découvraient pour la première fois la prestation sur scène. Elles sont toute une chacune des comédiennes naturelles, expressives, même celles qui n’avaient jamais fait cela, ici ou dans leur pays. Elles ont trouvé très stimulant d’avoir la chance de défendre ainsi la cause des femmes immigrantes, de s’entraider, d’alimenter le dialogue et de susciter le changement au sein de la collectivité.

Rehearsal for New Country New Conflicts, a Forum Theatre play directed by Naomi Tessler and performed by clients of Immigrant Women Services Ottawa | En répétition pour la pièce New Country New Conflicts, mise en scène de Naomi Tessler et interprétée par les clientes du  Service pour femmes immigrantes d'Ottawa

5.       Qu’est-ce que le public devrait pouvoir apprendre grâce à ce projet?

J’espère que les spectateurs pourront ainsi mieux connaître certains des enjeux auxquels sont confrontées les femmes, immigrantes ou non, et qu’ils puissent constater qu’ils contribuent peut-être eux-mêmes à perpétuer cette discrimination, ou du moins réfléchir aux moyens à privilégier socialement pour mieux les aimer, les accueillir, les comprendre et leur manifester de l’ouverture. Et cela ne vaut pas seulement pour les immigrants, mais pour toute la société.

La pièce New Contry New Conflicts sera présentée le 29 janvier à 15h30 et 17h30 (en anglais seulement), aux Services pour femmes immigrantes d’Ottawa au 219 avenue Argyle à Ottawa (pièce 113-114).

Pour plus d’informations au sujet de la pièce, veuillez contacter:

Naomi tessler: naomi@branchouttheatre.com
Loubna Mansouri: loubna@immigrantwomenservices.com, 613-729-3145

_____________________________________________________________________________________________________

Photos de la pièce New Country, New Conflicts.

Présentée le 29 janvier 2015 au Services pour femmes immigrantes d’Ottawa.

Thanks for sharing / Merci d’avoir partagé!

About The Author / À propos de l’auteur


Comments (1)
  1. Pingback: Place d’art : Une première année couronnée de succès et une deuxième à venir | artsaccolade.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *