Art Place

Place d’art – Christine Mockett et Karina Bergmans

Sculpture Group_2

13 avril 2015

Pour leur projet Place d’art, les artistes en arts textiles ottaviennes Christine Mockett (CM) et Karina Bergmans (KB) ont dirigé des ateliers de création de sculptures figuratives accueillant des clientes du Centre Amethyst pour femmes toxicomanes. Christine et Karina ont aidé les participantes à créer des sculptures à l’aide de matériaux tels que des chevilles en bois, du béton, du tissu, du fil et de la peinture. Elles ont montré à ces femmes en transition comment faire de l’art une partie intégrante de leur quotidien, dans l’espoir que ces ateliers les encouragent à s’exprimer sainement à travers l’art.

Vous êtes toutes deux des artistes en arts textiles professionnelles; pourquoi vous être réunies dans le cadre du projet Place d’art pour les artistes en résidence?

CM : Je crée des sculptures figuratives peintes depuis un certain temps et je me suis fait la réflexion que des surfaces textiles non peintes permettraient de faire parler davantage les matériaux. Karina travaille les formes, les compositions et les surfaces textiles à merveille depuis longtemps, et nous avions toutes les deux de l’expérience dans la fabrication de vêtements. On se connaît depuis des années, mais nous n’avions jamais travaillé sur un projet commun. Nous nous sommes dit qu’en réunissant nos talents, nous obtiendrions une base très expressive pour nos participantes, et que de nouvelles idées viendraient s’y greffer au fur et à mesure.

_MG_8847-2

Avez-vous beaucoup appris l’une de l’autre au cours de ce projet, comme de nouvelles techniques?

CM : Asolument. J’ai montré à Karina comment mélanger le béton, construire une armature et utiliser le frettage, et elle a apporté son amour des couleurs et ses idées pour la composition des vêtements et le revêtement des tissus.

Karina et moi avons aussi beaucoup appris des femmes qui participaient à nos ateliers. Celles-ci se sont approprié les idées que nous leur avons proposées. Nous avons aussi découvert les joies de la transmission de connaissances.

Karina Bergmans

Karina Bergmans

Comment décririez-vous votre expérience au Centre Amethyst pour femmes toxicomanes?

CM : Le centre est un endroit formidable pour se lancer dans un projet artistique. Genevieve Charest, des relations publiques, et Gundel Lake, la travailleuse de soutien présente aux ateliers, ont été fantastiques et nous ont soutenues tout au long du projet.

Le projet Place d’art a été très bien accueilli; le centre a fait de son mieux pour répondre à nos besoins, que ce soit en matière d’espace ou de prêt de matériel, que nous avons d’ailleurs pu entreposer là-bas. Nous avons eu la permission de transformer l’une des salles de réunion en atelier : nous avons poussé le mobilier, couché des bâches et apporté des tables et des chaises pliantes, ainsi que tous nos matériaux et outils.

_MG_8879-2

L’enthousiasme et le soutien du centre ont été parfaits; c’est exactement ce que nous recherchions pour notre projet. Nous serions très heureuses de travailler à nouveau avec le centre si l’occasion se représentait et nous recommandons les lieux aux autres artistes.

Mais ce sont les participantes qui ont vraiment donné vie au projet : leur créativité, leur soif de découverte, leur enthousiasme et leur humour en ont assuré la réussite et en ont fait un vrai moment de plaisir.

Pendant le projet, vous avez mené une série d’ateliers sur la sculpture du textile. Selon vous, qu’est-ce que les participantes ont retenu de cette expérience?

CM : Les participantes se sont entraidées, ont collaboré et ont appris à mettre de côté leurs a priori vis-à-vis du processus de création et de leurs propres aptitudes. Nous leur avons donné un aperçu du projet et les avons régulièrement aidées, mais nous n’avons fixé aucune règle qui aurait pu laisser penser qu’il y avait de bonnes et de mauvaises idées.

Lors de la première séance, toutes les participantes ont reçu un carnet de croquis. Elles y ont d’abord chacune dessiné quelque chose, avant de le donner à leur voisine pour que celle-ci complète le dessin. Cette activité les a aidées à comprendre que leurs idées pouvaient servir à tous.

Les participantes ont découvert l’art de la sculpture, ainsi que des matériaux qu’elles n’avaient jamais utilisés. Elles ont appris à couler du béton, ont suivi une séance sur les règles de sécurité et ont utilisé de manière détournée des médiums pour peinture acrylique.

Christine & Karina 4

Elles ont aussi appris à utiliser des matériaux recyclés, découvrant au passage que l’on pouvait faire de l’art à partir de n’importe quoi – ou presque. Elles ont, entre autres, transformé de vieilles boîtes de céréales en coffrages, des vêtements usés en corps pour les sculptures et des retailles de bois en étais.

_MG_8866-2

Toutes les participantes semblaient avoir déjà touché à l’art par le passé et étaient très séduites par les ateliers. Étant donné que ces femmes sont en phase de transition, apporter une touche artistique à leur quotidien peut éveiller ou raviver leur intérêt pour la création et leur envie de retrouver de saines habitudes.

Nous leur avons donné des pistes pour la suite (noms de fournisseurs, idées pour accéder à l’art dans leur communauté, etc.) et nous avons discuté avec elles de la place qu’elles pourraient faire à l’art dans leur vie.

La collaboration a rappelé aux participantes et aux animatrices à quel point les moments créatifs peuvent être enrichissants. Échanger nos idées et travailler ensemble a été la plus belle des récompenses.

Pouvez-vous décrire l’ambiance pendant les ateliers?

CM : Il y avait un véritable bouillonnement créatif. Les participantes avaient plein d’idées pendant qu’elles créaient leurs sculptures. Elles ont d’abord utilisé le matériel que nous avions amené, puis elles ont commencé à apporter le leur, pour le partager ou pour donner vie à de nouvelles idées.

L’atelier ressemblait à une grande famille chaleureuse, et nous nous y sentions accueillies à bras ouverts; nous avons ri, plaisanté, échangé nos idées et nos opinions, tout ça dans la bonne humeur générale.

Ce serait merveilleux que ce type de projet devienne un programme permanent dans divers endroits de la ville.

Thanks for sharing / Merci d’avoir partagé!

About The Author / À propos de l’auteur


Comments (1)
  1. Pingback: Place d’art : Une première année couronnée de succès et une deuxième à venir | artsaccolade.ca

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *