Art Place

Place d’art : Une première année couronnée de succès et une deuxième à venir

_BIZ7326-2

À l’automne 2014, sept artistes professionnels de la région d’Ottawa ont été choisis pour participer au nouveau programme d’artistes en résidence du Conseil des Arts AOE, le programme Place d’art. Issus de divers horizons et de différentes disciplines, ces artistes ont été jumelés avec les clients/résidents d’un organisme sans but lucratif pour travailler en collaboration avec eux et réaliser un projet artistique unique. D’une durée variant de cinq à huit semaines, les résidences offraient aux citoyens des quatre coins de la ville, l’occasion de participer à la vie artistique dans un environnement connu et sécuritaire.

Même si chaque projet a évolué de manière différente, par exemple, produire une pièce de théâtre ou construire une installation artistique extérieure, le programme d’artistes en résidence Place d’art a fourni des outils aux participants qui leur ont permis de s’exprimer par l’entremise des arts sur des questions qui les touchent de près. Pour certains, prendre part à un projet Place d’art, leur a donné leur première véritable occasion de se produire devant un auditoire ou d’utiliser différents matériaux artistiques. L’enthousiasme et le dévouement que les participants et les artistes ont manifestés envers Place d’art ont donné naissance à six projets qui se sont poursuivis après la fin des périodes de résidence.

Naomi Tessler, une artiste de théâtre-forum, a été jumelée avec les Services pour femmes immigrantes d’Ottawa (SFIO), où elle a mis sur pied, en collaboration avec ses participantes, une pièce de Naomi Tessler_wthéâtre-forum intitulée New Country New Conflicts, mettant en scène les scénarios les moins enviables illustrant certaines problématiques auxquelles les femmes immigrantes sont confrontées. Après une période de création de trois mois, la pièce a été présentée le 29 janvier, à deux reprises, devant un auditoire généreux. La pièce s’est avérée un grand succès. Naomi et son groupe ont eu l’occasion de la présenter de nouveau lors de la soirée culturelle des SFIO, le 12 mars ainsi que le 28 mai dans le cadre d’une réunion de l’ensemble du personnel du Centre de santé communautaire du sud-est d’Ottawa. Naomi espère qu’elles seront en mesure de partager la pièce avec d’autres auditoires pour susciter un dialogue plus vaste et favoriser le changement au sein des collectivités.

Un autre projet Place d’art qui s’est poursuivi bien au-delà de sa période de résidence a été dirigé par Laurie Fyffe, directrice d’Ottawa StoryTellers, en partenariat avec le Zonta Club d’Ottawa Ottawa StoryTellers_wqui est voué à l’amélioration du statut des femmes à travers le monde grâce à ses services et ses activités de promotion et de défense des droits. Avec l’aide de cette organisation, Laurie a été en mesure d’écrire des histoires basées sur des entrevues et des recherches axées sur la maltraitance envers les aînés. Les conteuses Naomi Tessler et Jennifer Gray ont donné vie à ces histoires pour la première fois lors de la Soirée vitrine Place d’art, le 15 février à l’Hôpital Élisabeth-Bruyère. Intitulé, Where are all my beautiful things?, le spectacle a également été présenté par Naomi Tessler, Katherine Grier et Lia Maria Talia, le 4 juin à la Bibliothèque publique d’Ottawa. Le projet réalisé par Laurie dans le cadre de l’initiative Place d’art est toujours florissant, car un livret réunissant les histoires a été publié. Ce livret permettra aux gens de se réunir pour lire les histoires ou pour les présenter dans le cadre d’une performance. De plus, il sera distribué aux organismes, résidences et centres de soins pour les aînés, ainsi qu’à tout autre endroit où les travailleurs sociaux jugent qu’une intervention concernant la maltraitance envers les aînés est nécessaire.

En décembre dernier, Marc Walter, artiste en Land Art, a créé avec les clients de la Résidence Saint-Louis (Soins continus Bruyère), des sculptures en bois grandeur nature érigées dans une cour Marc before and after_wextérieure pour que tout le monde puisse en profiter. Bâties et installées en décembre, les sculptures ont changé de forme durant l’hiver mais, même si certaines parties ont changé ou se sont déplacées légèrement, les œuvres sont encore debout. Avec le changement des saisons, Marc espère que les sculptures vont attirer des oiseaux, être animées par le vent et, plus important encore, qu’elles vont susciter des discussions et des échanges parmi les résidents.

Sarah Conn de STO Union a créé une pièce de théâtre interactive intitulée Trophy, présentée sous forme d’un jeu de société géant. Dans le cadre de sa résidence avec Place d’art, elle a travaillé en collaboration avec des clients d’Ottawa Mission pour élaborer les différents éléments du jeu, éSTO_wléments à travers lesquels les membres de l’auditoire ont navigué durant la performance. Cette performance a eu lieu lors de la Soirée vitrine Place d’art (Février 2015), soirée au cours de laquelle les joueurs ont été mis au défi à chacune des cases, parfois seuls, parfois avec un partenaire, ils devaient créer, entre eux, de petits moments intimes et réfléchis. Il s’agissait de la première étape d’un projet plus vaste que Sarah désire poursuivre au cours de la prochaine année. Elle a également fait des demandes auprès de quelques festivals où elle veut présenter la pièce et elle espère que cette dernière continuera à grandir.

En janvier dernier, Rachel Kalpana James a travaillé avec des clients de la Résidence Élisabeth-Bruyère pour créer des journaux visuels qui Rachel_wreflétaient le voyage personnel de chacun des participants. Kim Durst-Mackenzie, coordonnatrice et récréothérapeute du Centre de Soins continus Bruyère, a accompagné Rachel durant les ateliers et elle fut heureuse de constater que les résidents ont eu l’occasion de créer des mémoires visuels qu’ils peuvent partager avec leur famille et leurs amis. « Ils étaient très fiers du produit fini et ils ont apprécié le fait qu’ils ont pu faire leurs propres choix. Souvent, dans le monde des soins de longue durée, les choix sont faits pour eux, car l’environnement est structuré et réglementé », a déclaré Kim Durst-Mackenzie.

Les artistes en arts textiles, Christine Mockett et Karina Bergmans ont été jumelées au Centre Amethyst pour femmes toxicomanes. Elles y ont aidé les clientes à créer des sculptures en fibres, sur lesquelles elles ont travaillé au cours d’une périodeSculpture Group detail_2 de six semaines. Initialement, le projet final proposé était une grande installation aménagée au Centre. Mais faute d’espace, Christine et Karina ont dû repenser leur projet. Les participantes ont donc façonné leurs propres sculptures qu’elles ont pu apporter à la maison. Les employés du Centre Amethyst étaient ravis de constater que l’on offrait cette opportunité à leurs clientes. « Nous sommes un petit organisme avec une petite équipe, il nous est donc difficile de fournir des programmes au-delà des programmes de base. Sans l’initiative Place d’art et les magnifiques artistes qui sont venues chez nous, nous n’aurions pas été en mesure d’offrir ce genre de programme à nos clientes », a indiqué Geneviève Charest, Coordonnatrice des relations publiques.

La deuxième édition de Place d’art se mettra en branle à l’automne 2015. Nous avons reçu toutes les candidatures des artistes et elles seront étudiées par un jury. Cette année, huit nouveaux artistes ou groupes d’artistes seront choisis pour donner forme et vie à des projets originaux au cours de l’année prochaine. Le Conseil des arts AOE est très heureux d’offrir, une fois de plus, de nouvelles opportunités inspirantes aux artistes, tout en tendant la main aux communautés d’Ottawa en leur fournissant des moyens d’expression artistique qui vont leur permettre d’effectuer des changements positifs.

 

Thanks for sharing / Merci d’avoir partagé!

About The Author / À propos de l’auteur


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *