Art Place

Entretien avec Maria Gomez Umana

Maria verano

Au sujet de l’artiste : Maria Gomez Umana

Comment vous décririez-vous en tant qu’artiste?

Durant le processus de création, j’aime travailler seule et habituellement en silence. Par contre, j’aime également travailler en équipe pour créer des œuvres qui sont plus grandes et plus complexes. C’est pourquoi j’aime enseigner, créer des projets collectifs et participer à des événements et des projets artistiques.

Qu’est-ce qui vous a inspirée à poursuivre une carrière dans le domaine des arts?

Je m’intéresse aux arts depuis mon enfance. J’ai fait de la peinture, du dessin et j’ai joué de la guitare classique. Cependant, je m’intéressais également à la nature et j’ai songé à étudier en biologie, ce qui contribue tout de même à mon œuvre, grâce à l’anatomie scientifique, mais je l’utilise plutôt comme prétexte pour parler de l’expérience humaine à partir de mon point de vue personnel.

Quels sont certains des thèmes récurrents dans votre pratique artistique?

J’ai travaillé avec les concepts d’identité et de pouvoir en ce qui a trait au corps, avec l’utilisation des mots et l’anatomie. Ces thèmes reviennent continuellement.

Quelles sont vos influences les plus importantes?

Les œuvres de Valerie Hammond.

Les dessins cinétiques de Heather Hansen intitulés « Empty Gestures. »

Quelle est votre expérience en ce qui a trait aux projets artistiques engagés, qui touchent à des questions sociales?

J’utilise l’art comme agent de changement social depuis les années où j’étais étudiante. En 1985, j’ai fondé et participé au collectif d’artistes Artifact, avec qui nous avons peint des murales au Nicaragua et à Montréal avec l’aide d’un financement provincial. Depuis ce temps, j’ai participé à de nombreux projets de murales en Colombie et en République dominicaine, entre autres. En tant que professeure d’art dans des écoles et des universités au Canada et en Colombie, j’ai élargi mes capacités de communiquer avec les jeunes de diverses communautés. Plus récemment, j’ai occupé le poste de directrice des opérations de la Coalition des nouveaux Canadiens pour les arts et la culture, et nous avons organisé des événements et créé des opportunités dans le domaine des arts et de la culture pour les nouveaux immigrants.

Qu’avez-vous acquis grâce à votre expérience?

Place d’art m’a permis de voir les intérêts et les inquiétudes de la jeunesse d’aujourd’hui de plus près. J’ai pu constater l’influence de la musique rap et des médias sociaux sur la manière dont les jeunes communiquent. Ce groupe parle souvent de gangs, de délinquance et de sévices physiques comme s’il s’agissait de sujets courants.

Depuis combien de temps êtes-vous active au sein de la communauté des arts d’Ottawa?

Quatre ans

Pourquoi souhaitiez-vous travailler avec le Conseil des Arts AOE?

Je connais le travail de cet organisme depuis plusieurs années et j’ai participé à différentes activités telles que l’exposition Sélections, ARTicipez, le Cultural Pluralism in the Arts Movement Ontario (CPAMO), ainsi que d’autres événements. J’aime ce que le Conseil des Arts AOE offre aux artistes à Ottawa.

Au sujet du projet

Qu’est-ce qui vous a incitée à participer à Place d’art?

Durant ma carrière d’artiste professionnelle, j’ai enseigné les arts dans différentes écoles et universités. J’ai également travaillé au sein de différents organismes artistiques qui utilisaient les arts pour donner aux jeunes le pouvoir d’agir. Les ateliers d’art offrent aux membres défavorisés d’une communauté, des outils leur ouvrant la voie de la créativité, l’ingéniosité et le travail en équipe.

Qu’est-ce qui vous a inspirée à entreprendre ce projet avec cette communauté?

Alicia et moi voulions travailler ensemble sur un projet artistique qui intégrait musique et arts visuels. C’était l’occasion idéale, alors nous avons décidé de présenter une demande.

Comment décririez-vous le projet sur lequel vous allez travailler?

Murale de chansons est une série d’activités conçues sous forme de 10 séances s’adressant à un groupe de 10 à 12 jeunes, âgés de 13 à 16 ans. Le but est de fournir un espace aux participants où ils pourront se sentir en sécurité pour partager et explorer des idées sans porter de jugements de façon à 1) développer un sentiment d’appartenance, 2) stimuler la curiosité, 3) renforcer les liens entre les membres du groupe, et 4) créer et essayer de nouvelles formes d’expression. Nous allons leur proposer une variété de jeux et d’activités créatives qui vont leur permettre de mieux se connaître, de développer un esprit d’équipe et une confiance mutuelle.

En tant qu’artiste, qu’est-ce que vous espérez obtenir de ce processus?

Nous espérons que cette période de résidence donnera une série d’outils aux jeunes qui leur permettront de s’ouvrir et d’agir lorsqu’ils seront confrontés à des questions sociales difficiles.

Qu’est-ce que vous espérez que les participants vont obtenir de ce processus?

Nous espérons que Murale de chansons offrira des occasions aux jeunes issus de communautés défavorisées pour qu’ils aient accès à l’expression artistique, à des outils de guérison, des capacités de communication et à des éléments d’émancipation pour bâtir un avenir meilleur.

Selon vous, quel sera l’impact de ce projet dans la communauté?

Par l’entremise de l’expression artistique, les jeunes vont partager leurs inquiétudes et s’exprimer au sujet des enjeux qui les touchent. Nous espérons que la communauté aura la chance de comprendre, d’assimiler l’information et de réagir en temps opportun pour les soutenir et plaider en leur faveur. Ce sera avantageux pour l’avenir de l’ensemble de cette communauté.

Comment votre projet fournira-t-il une tribune permettant de s’exprimer au sujet des enjeux sociaux que vous allez explorer?

Murale de chansons utilisera des histoires, des chansons, et des peintures comme principaux véhicules pour s’exprimer au sujet d’enjeux sociaux.

Comment allez-vous savoir si votre projet est un succès?

  • La participation est très bonne, il y a entre 10 et 15 participants par séance.
  • Les jeunes se présentent et ont hâte de participer aux activités et aux jeux.
  • Les histoires, les chansons, les dessins et les peintures qui découleront du projet seront un témoignage au sujet du processus.
  • La présentation finale offerte à la communauté sera un résumé de l’expérience.
  • La présentation offerte aux autres programmes d’artistes en résidence sera un test final et une synthèse du programme.

Pour en savoir plus à propos de Maria Gomez Umana 

Thanks for sharing / Merci d’avoir partagé!

About The Author / À propos de l’auteur


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *