Art Place

Entretien avec Marley Giunta

Marley G 2

Au sujet de l’artiste : Marley Giunta

Comment vous décririez-vous en tant qu’artiste?

Je suis une personne très créative dans tous les aspects de ma vie, mais jouer de la musique, chanter et me produire sur scène ont été mes premiers exutoires créatifs, et ils sont encore au centre de mon travail. J’adore être sur scène et offrir une performance. Je privilégie principalement la guitare, la chanson, le piano et les percussions… mais je suis prête à essayer de jouer de n’importe quel instrument qui me tombe sous la main.

Qu’est-ce qui vous a inspirée à poursuivre une carrière dans le domaine des arts? 

J’ai grandi au sein d’une famille où les musiciens ont toujours été admirés. On nous a enseigné à apprécier la musique… une mélodie, un changement d’accord, un riff de basse, des percussions… on nous a appris à écouter. Je dois cela à mes parents; leur amour de la musique s’est prolongé naturellement jusqu’à nous. Ils nous ont soutenu alors que l’on apprenait à jouer toutes sortes d’instruments, que l’on se joignait à des chorales et que l’on participait à des concours de talents, et ce, dès l’âge de 5 ans. C’était très naturel pour moi de travailler dans le domaine des arts. La musique ayant été une grande source d’inspiration dans ma vie, qui m’apporte tellement de joie lorsque je la partage avec les autres.

Quels sont certains des thèmes récurrents dans votre pratique artistique?

Il y a toujours eu de la musique dans ma vie, j’ai toujours voyagé avec une guitare et trouvé des endroits où je pouvais donner des spectacles et partager ma musique. Par contre, les expériences musicales les plus enrichissantes que j’ai vécues sont celles qui m’ont donné l’occasion de jouer avec d’autres personnes. La création de liens est un thème récurrent dans ma carrière musicale. Il se produit quelque chose de tout à fait unique et spécial lorsque vous tissez des liens avec d’autres personnes grâce à la musique. C’est tellement spécial de chanter en harmonie avec quelqu’un d’autre, de partager ce moment avec une autre personne. En grandissant, je chantais très souvent avec ma sœur Wallis Giunta, et j’ai toujours préféré chanter avec d’autres personnes plutôt que de chanter seule.

Marley G 2

Quelles sont vos influences les plus importantes?

C’est difficile de préciser mes plus importantes influences. Au cours de ma jeunesse, j’écoutais une très grande variété de styles musicaux. Les styles musicaux et les musiciens que j’admire forment un ensemble très diversifié. Je peux vous dire que Living with Ghosts, le premier album de Patty Griffin, m’a donné le goût d’apprendre à jouer de la guitare, à l’âge de 11 ans. Mes goûts musicaux sont très variés, je suis chanceuse de trouver de l’inspiration ici et là, un peu partout.

Quelle expérience avez-vous en ce qui a trait aux projets artistiques engagés et qu’avez-vous acquis grâce à votre expérience?

L’art permet de transcender les barrières et de nous unir indépendamment de l’âge, la classe sociale, le sexe ou la nationalité…. Le fait de participer à des projets artistiques en tant que leader ou animatrice m’a permis, tout au long de ma vie, de m’épanouir et m’a donné une raison d’être. Toutefois, lorsque j’ai réfléchi à cette question, je me suis rappelée le nombre d’expériences que j’ai vécues alors que je grandissais et qui m’ont transformée. Et j’ai encore cette occasion aujourd’hui, lorsque je participe à d’autres projets et initiatives artistiques. Je me sens vraiment privilégiée d’avoir vécu chacune de ces expériences et je suis certaine que je ne serais pas la personne confiante et créative que je suis aujourd’hui si je n’avais pas été exposée aux arts et à des programmes comme Place d’art, qui ont été présents tout au long de ma vie.

Depuis combien de temps êtes-vous active au sein de la communauté des arts d’Ottawa?

Je peux vous dire en toute honnêteté que je suis active au sein de la communauté des arts d’Ottawa depuis que je suis toute petite. Mon père a fait carrière à la radio et dans les médias d’Ottawa et je participe à des émissions et des événements depuis très longtemps. À l’âge de 8 ans, je me suis jointe au Ottawa Central Children’s Choir et j’ai commencé à chanter en public et je n’ai jamais regardé en arrière.

Pourquoi souhaitiez-vous travailler avec le Conseil des Arts AOE?

Le programme Place d’art du Conseil des Arts AOE m’a offert une si belle occasion de contribuer à ma communauté. J’aime bien tisser des liens avec les gens grâce à la musique et contribuer à leur bien-être. Je suis très reconnaissante à l’égard du Conseil des Arts AOE pour ce qu’il offre à la communauté des arts d’Ottawa!

 

Au sujet du projet

Qu’est-ce qui vous a incitée à participer à Place d’art?

Je venais tout juste de déménager et de revenir m’établir à Ottawa. Je cherchais une façon de participer à des projets artistiques locaux et des initiatives communautaires. Heureusement, mon partenaire Robert Cordy a découvert Place d’art et m’a encouragé à présenter une demande. Si j’ai cette magnifique occasion, c’est grâce à lui.

Qu’est-ce qui vous a inspirée à entreprendre ce projet avec cette communauté?

Mon grand-père Dominic était un chanteur, un ténor. Avant son décès, mon père et ses frères l’ont encouragé et l’ont aidé à enregistrer un disque de 3 chansons de son passé. J’adore ce CD et il me sera toujours précieux. Tous les membres de la famille en ont reçu une copie et je crois qu’il s’agit d’un cadeau très important qu’il nous a laissé. De plus, je crois fermement que la musique est une si belle manière de tisser des liens avec les gens et j’adore nouer des amitiés avec des personnes âgées, car elles ont un vécu qui est si riche, elles ont tellement de choses à enseigner et à partager.

Comment décririez-vous le projet sur lequel vous allez travailler?

Mon projet est une invitation qui s’adresse aux personnes âgées qui ont peut-être eu l’occasion ou non, de partager leurs talents musicaux et d’être reconnues et célébrées pour ces talents. Mon intention est d’honorer leurs talents musicaux, de nourrir leurs espoirs et leurs rêves musicaux et de leur rappeler qu’elles sont appréciées et qu’elles ne sont pas seules.

Je vais agir à titre d’animatrice et je vais créer un espace dans leur résidence pour qu’elles puissent tenir des soirées musicales informelles et inclusives. Pour ce projet, j’ai un studio d’enregistrement mobile et, avec leur soutien, je vais enregistrer leurs performances pour créer un album ou une série d’enregistrements, ou peut-être même un concert.

Selon vous, quel sera l’impact de ce projet dans la communauté?

Je veux donner des moyens aux participants. Je veux tisser des liens avec eux par l’entremise de la musique et les honorer grâce à la performance et aux enregistrements. Je crois que cela pourrait avoir un impact significatif sur leur vie quotidienne. Ce projet pourrait leur donner une raison d’être et un sentiment d’appartenance. Particulièrement si les participants n’ont jamais eu l’occasion de jouer pour un auditoire, d’enregistrer leur musique, ou d’entendre leur musique grâce à des haut-parleurs… cela peut avoir un effet considérable sur leur confiance en soi. À mesure que les gens vieillissent, ils développent souvent des handicaps physiques ou mentaux liés au vieillissement. La musique est un langage qui peut transcender les autres facteurs sociaux, les habiletés ou l’âge, donc ce projet est axé sur l’inclusion et la création de liens avec des gens qui pourraient peut-être vivre ce genre de difficultés.

Comment votre projet fournira-t-il une tribune permettant de s’exprimer au sujet des enjeux sociaux que vous allez explorer?

Je suis impatiente à l’idée d’inspirer les gens en leur parlant de la réussite d’un projet d’engagement artistique qui peut nous permettre d’aborder d’importantes questions socioculturelles telles que l’isolement, l’ennui et l’absence d’un sentiment d’appartenance chez nos populations vieillissantes. Je souhaite travailler avec des personnes âgées qui pourraient être confrontées à des incapacités physiques, des retards de développement, des problèmes de santé mentale et des incapacités liés au vieillissement de façon à leur donner des moyens en honorant leurs talents et en les encourageant à partager leur musique et leurs histoires. Je vais utiliser de l’équipement d’enregistrement, vidéo et audio, pour enregistrer nos sessions musicales. Je vais raconter l’expérience que nous allons vivre ensemble en utilisant ces enregistrements et je vais permettre aux participants de s’exprimer et de réagir au cours du projet, pour qu’ils puissent être fiers de ce que nous avons accompli ensemble. Je crois qu’il s’agira d’une méthode puissante et sincère d’aborder tant les besoins sociaux, que les solutions potentielles ayant recours aux arts.

Comment allez-vous savoir si votre projet est un succès?

Le projet a débuté il y a 4 semaines et j’ai déjà le sentiment que c’est un succès! Les commentaires des participants, de leurs familles et du personnel de la Unitarian House ont été très positifs et empreints de reconnaissance. Le succès se reflète dans ce qu’ils disent, leurs chansons, leur étonnement, leurs visages, leur courage, leur langage corporel, et leurs câlins. Ils reviennent chaque semaine et ils attendent la prochaine session avec impatience. Ils essaient de nouveaux instruments, ils ne sont pas aussi timides qu’au début et ils s’encouragent mutuellement. Nous sommes sur le point de commencer à enregistrer des morceaux ensemble pour un CD de nos sessions, et les choses ne peuvent que s’améliorer. Je trouve que ce processus est profondément enrichissant. J’adore ça.

 

Pour en savoir plus à propos de Marley Giunta

Thanks for sharing / Merci d’avoir partagé!

About The Author / À propos de l’auteur


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *