Art Place

La musique permet un accès à la mémoire

Blog post 4 – Apr 4, 2016 by Gabrielle Lalonde, Ottawa Stilt Union

 

Nos deux dernières séances au Carleton Lodge ont été très riches en découvertes.

Dans un désir de vouloir changer notre formule un peu, la semaine dernière a été consacrée entièrement à la musique. On voulait savoir ce qui arriverait si, au lieu de centrer nos échanges sur les petits objets choisis par chacun, on se laissait guider par la mémoire auditive des participants. On a donc préparé huit chansons que les résidents de Carleton Lodge auraient probablement connu, compte tenu de leur âge, par exemple : Que Sera Sera, Daisy et Oh My Darling Clementine.

IMG_20160321_110511

Quelle fut notre surprise que de voir certains de nos participants les plus discrets chanter avec nous – certains connaissaient même toutes les paroles des chansons! Ce travail d’exploration par la musique nous a permis d’avoir accès à une foule de remarques et de souvenirs intéressants de la part des résidents. Nous avons appris que l’un d’entre eux chantait dans une chorale baptiste auparavant, qu’un autre était pianiste et jouait du boggie woogie et qu’une autre encore n’était jamais montée à vélo comme dans la chanson Daisy, mais qu’elle était montée à dos d’éléphant quand elle était toute jeune lors d’une foire à Régina.

Ils étaient plus enjoués qu’à l’habitude. Comme si la musique s’était propagée dans leurs corps. Certains d’entre eux ont eu le goût de danser. D’autres parlaient à un rythme très animé. Tout le groupe riait et souriait d’avantage. Nous savions déjà que la musique permet un accès impressionnant à la mémoire, mais nous ne connaissions pas tout à fait l’ampleur du bonheur qu’il nous permettrait de saisir chez ces gens que nous apprenons à connaître petit à petit.

IMG_20160404_100552

Lors de notre session d’aujourd’hui, nous avons choisi de ramener les objets dans notre travail, mais cette fois, ceux-ci avaient tous été trouvés dans la nature. Les yeux des résidents s’écarquillaient devant les feuilles, les fleurs séchées et les pommes de pin sur notre plateau. « It’s a bit of tree skin », fait remarquer un participant, en brandissant un morceau d’écorce.

IMG_20160404_104805

Ils nous ont parlé de Noël, de leur enfance à la ferme. Leurs réactions enjouées face à ces objets m’ont fait constater que pour la plupart des résidents, le rapport direct à la nature est quelque chose du passé – ils observent les arbres et les ruisseaux par la fenêtre de l’institution bien plus souvent qu’ils n’ont la chance de les sentir en personne. En voyant notre tableau complété, un des participants est devenu ému en se remémorant le temps qu’il a passé dans les bois durant les saisons de chasse au cerf. « On peut presque sentir l’odeur [de la forêt] », soupirait-il. Pour moi, la nature, ça sent la liberté – quand je me trouve au bord d’un lac ou dans une forêt, je prends vraiment mon temps et que je savoure le moment. Je sympathisait tout à fait avec son sentiment.

J’ai déjà hâte de les revoir la semaine prochaine, pour notre dernière séance!

Thanks for sharing / Merci d’avoir partagé!

About The Author / À propos de l’auteur


Ottawa Stilt Union

Ottawa Stilt Union

The Ottawa Stilt Union is a bilingual group of artists, committed to bringing the magical and the unexpected into the daily lives of people in the National Capital Region and beyond by creating and performing original theatre works that celebrate spectacular physical modes of expression. We strive to make our work accessible to the public physically, financially and linguistically.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *